Skip to content
8 avril 2013 / untrucenmoins

Le bon moment

Quand on cherche à se débarrasser d’objets, on rencontre souvent une résistance : « Je suis sûre que cela pourra me servir… », « Que va penser Maman si je me débarrasse du livre qu’elle m’a offert ? », « Non je ne m’en débarrasserai jamais, je ne peux pas vivre sans ! »… Pour se détacher plus facilement, on peut prendre des photos comme on l’a déjà vu. Mais parfois cela ne suffit pas.

Pas d’inquiétude ! C’est tout à fait normal ! Il ne faut pas se forcer à se débarrasser d’un objet juste parce que vous avez lu que cela vous rendra plus heureux. Pour chaque objet inutile que vous possédez, il y a un bon moment pour s’en débarrasser.

Pour des objets en double, laids ou inutiles, on se sent prêt à s’en séparer tout de suite ou après quelques heures de réfléxion seulement.

En revanche, pour les objets auxquels nous sommes attachés, il faut prendre son temps sous peine d’avoir des regrets plus tard. La technique à employer est la suivante : il faut évaluer l’objet souvent.

On a le droit de dire « Oui, cet objet est inutile, mais je ne me sens pas prête ». Quelques mois plus tard, comme par magie, on commence à envisager la possibilité de dire au revoir à cet objet. Et puis, un jour, quelques semaines ou mois plus tard, on revoit l’objet et on sent que c’est le bon moment, on ne ressent plus aucune résistance.

Il faut vraiment s’écouter. Si ce n’est pas le bon moment, il ne faut pas se forcer. Il faut revenir dessus plus tard et, en attendant, se débarrasser d’un objet pour lequel on se sent prêt. Le petit chemin s’effectue dans le cerveau, la possibilité est envisagée au fond de nous et la transformation s’accomplie. Le bon moment finit toujours par arriver, même pour des objets avec lesquels la séparation semble impossible. Il faut juste être patient.

Par exemple, je n’aurais jamais imaginé pouvoir vivre sans le caisson de mon bureau mais, maintenant, je ne veux plus en racheter un. Il m’a fallu du temps pour envisager la possibilité, réfléchir à l’endroit où je pourrais déplacer le contenu existant, une période de test en gardant le caisson au cas où et puis finalement le donner. Je n’ai pas eu de regrets depuis.

Vous êtes-vous séparé d’objets alors que vous n’étiez pas prêt ? Pensiez-vous ne pas pouvoir vivre sans un objet puis avez sauté le pas ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :